Contre-indications

La pose d’implant peut se faire à partir de 18 ans environ quand la croissance est terminée. Un simple examen radiologique permet de le vérifier.

Contre-indications générales

Il y a très peu de contre-indications générales à la pose d’implants. Par exemple l’ostéoporose, le diabète équilibré etc. ne sont pas des contre-indications à la pose d’implants, à condition de prendre un certain nombre de précautions en particulier en matière d’asepsie. Par contre, la prise d’anticoagulants ou d’antimitotiques peut empêcher au moins temporairement la pose d’implants.

Il est aussi déconseillé d’intervenir chez des patients souffrant de maladie de système (pulmonaire. rénal. etc.) en phase aiguë. La prise de médicaments à base de Biphosphonate peut être une contre- indication à tout traitement dentaire.

NOTE : Il est important de faire part a votre praticien de toutes les maladies (même celles qui ne vous semblent pas importantes) dont vous souffrez et de préciser traitements par médicaments vous prenez régulièrement.

Contre-indications locales

Les contre-indications locales à la pose d’implants sont le plus souvent liées à un manque de volume osseux. Dans ce cas, il est parfois possible d’avoir recours à des greffes osseuses. Il existe d’autres contre-indications à la pose d’implant. La présence d’une maladie parodontale (inflammation de l’os et des gencives) en phase active doit faire reporter l’intervention chirurgicale.

Un manque d’espace entre les mâchoires peut aussi représenter un obstacle à la pose d’implants. Les patients qui grincent des dents (bruxomanes) peuvent aussi présenter des contre-indications aux traitements implantaires.

C’est seulement après l’examen clinique c’est à dire l’examen des mâchoires et des radiographies que la décision définitive peut être prise.